Exposition temporaire au Mémorial ACTe "Zoos Humains, L'Invention du Sauvage"

Créée à l'initiative de la Fondation Lilian Thuram - Education contre le racisme - et le Groupe de recherche Achac , l'exposition raconte l'histoire de près de trente mille femmes, hommes et enfants, venus d'Afrique, d'Océanie, d'Asie, des Amériques et parfois d'Europe qui ont été exhibés en Occident entre 1810 et 1940. Ils ont été vus par plus d'un milliard de visiteurs. Ce «spectacle de la différence » , qui a fasciné les sociétés occidentales, a légitimé le colonialisme et a contribué au discours raciste.


La Région Guadeloupe est fière d’accueillir, pour la première fois en Guadeloupe l’exposition Zoos humains. L’invention du sauvage, née de la volonté du Guadeloupéen Lilian Thuram. Reconnu pour sa formidable carrière de footballeur professionnel, à travers sa fondation Éducation contre le racisme et singulièrement cette exposition, il nous invite à interroger le rapport à l’Autre.

Le Mémorial ACTe (M.ACTe) est l’institution tout indiquée pour accueillir ce récit de la mise en spectacle de la différence, car « dans l’enclos de ces véritables zoos humains va s’inventer le sauvage, se renforcer le racisme, se légitimer le
colonialisme, se glorifier l’Occident ». L’intérêt pour les Guadeloupéens, que j’invite nombreux à s’emparer de cette histoire, n’est pas que passéiste et encore moins victimaire. Il s’agit d’interroger notre présent et réaliser en quoi perdure encore de nos jours la domination dans le rapport à l’autre, quel qu’il soit. Comprendre la mécanique de cette invention du sauvage dans le but d’établir la domination est essentiel dans nos sociétés, en ce que cette mécanique constitue leur
fondation même.

S’il y a un sauvage c’est qu’il y a bien aussi un autre qui ne l’est pas, qui est « civilisé ». Il était donc nécessaire de dénier l’humanité aux autres (les Amérindiens, les Africains déportés…) pour imposer la domination blanche. « Nul ne peut changer notre passé, nous sommes les seuls responsables de notre avenir ». Cette citation est le pilier de la politique mémorielle que la Collectivité régionale développe depuis le début de notre mandature en 2015. Concourir par la connaissance, la mémoire, la culture et la création, à la connaissance de l’histoire des Guadeloupéens, à la connaissance d’un phénomène ayant marqué la construction des sociétés caribéennes et américaines contemporaines : l’Esclavage et la Traite des Noirs.

Il s’agit de créer une véritable politique mémorielle et un programme d’éducation historique afin d’élaborer un récit qui inverse les stigmates liés à la tragédie de l’esclavage, donnant les moyens aux peuples de transcender leur passé pour aller de l’avant. En ce sens, faire du M.ACTe, un lieu de mémoire vivante et d’affirmation d’une liberté érigée contre toutes les formes de discrimination, d’oppression et d’asservissement, est la voie que la Collectivité régionale poursuit.

Je souhaite un beau succès à cette exposition qui après, Paris, Angers, Liège, Rouen, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, les États-Unis, la Guyane et l’Afrique est offerte aux Guadeloupéens.

Ary CHALUS
Président de la Région Guadeloupe

 

Pour en savoir plus